Vous êtes ici
Accueil > On Air > Music & Vibes > Madame rêve à La Tour d’Aigues…

Madame rêve à La Tour d’Aigues…

Madame rêve à La Tour d’Aigues…

Quand Madame rêve à la Tour d’Aigues, c’est que le son vibrant du sax soprane de Don Billiez la prend aux tripes et fait vibrer les murs de l’antique château ! Car, en effet, mercredi 19 juillet dernier, dans le cadre du Festival LeZ’Art Ô Soleil, Don Billiez se produisait avec son SQ5 Band, dans l’enceinte de cette étonnante bâtisse.

Quelques jours avant, Madame avait vu passer un post présentant l’événement sur Facebook. Déjà enamourée par ce charmant petit village aux portes du Luberon, Madame cliqua sur le lien pour développer l’info. Comment cela ? Madame ne connaissait pas l’artiste ? Elle décida sur le champ de remédier à cette faille et se connecta sur le net. Là, Madame commença à se laisser porter…

Petit parcours raccourci

De mère espagnole, l’artiste saxophoniste né à Perpignan, se laisse bercer par les rythmes latino, et fait ses classes au conservatoire de Perpignan, oscillant entre sax alto et sax ténor, en passant par le cristallin soprano. Vers 18 ans, il taille la route se joignant à divers groupes de rues. Au fil de ce parcours initiatique dans le bassin méditerranéen, il rencontre moult musiciens Sud-Américains, Jazzy et Manouches qui le pousseront à monter jusqu’à la capitale. Vite repéré, il travaillera avec d’illustres noms : Nino Ferrer, le premier ! Le groupe Touré Kounda ensuite, avec lequel il parcourra le monde pendant 5 ans. Puis le bon gros son de son sax ténor le propulsera dans le milieu de la scène Rock, et il travaillera pendant 2 ans avec Alain Bashung, puis une dizaine d’années avec Paul Personne.

Con Alma

Mais ce Sideman est également compositeur, et c’est sur l’album Con Alma que Madame s’arrêta. Un opus étonnant ! Doux mélange de Jazz et de World Music, qui reflète un parcours riche en voyages et en rencontres. Une trentaine d’artistes croisés sur son parcours s’y sont associés, et il aura fallu non moins de trois années à l’artiste pour le boucler, à l’aide de multiples partenaires.
De morceau en morceau, le ton était donné ! Un vrai voyage autour du monde se programmait ! Tout au long de la journée, Madame écouterait l’album en boucle, pour le plus grand plaisir de ses clientes du jour…

http://www.deezer.com/fr/album/275586

C’est alors que Madame décida d’appeler son amie « Génialdine » ! Celle-ci, résidant à La Tour d’Aigues, venait justement de se voir proposer des places pour le festival. Ni une, ni deux, Madame l’encouragea à foncer sur le champ se les procurer à la mairie. Rendez-vous était pris !
Mais c’était sans compter sur la venue imprévue d’un ami de longue date, rencontré pendant ses folles années à Marrakech, et que Madame n’avait pas vu depuis plusieurs années. Lui et son homme étaient  justement en vacances dans le Luberon, et elle ne pouvait passer à côté de cette belle occasion : Madame le convia à la rejoindre à la Tour d’Aigues.

Le soir venu, elle s’installa avec son amie Géraldine en terrasse d’un café, attendant son ami Brice et le début du concert. Celui-ci était annoncé par la ville à 20h30, et par Facebook à 22h30. Il y avait là un mystère. Lequel des deux aurait raison ?
Brice arriva non pas à deux, comme elle le pensait, mais à cinq ! Plus le chien ! Les retrouvailles furent joyeuses et bien arrosées ! Une bouteille de Viognier, puis deux, puis… Puis un autre ami Marrakchi, résidant à L’Isle-sur-la-Sorgue, vint rejoindre leur tablée avec ses trois enfants. Et là… là, le programme parti à vau-l’eau ! Retrouvailles, effusions de joie, deux autres bouteilles de Viognier… Il fallait maintenant commander des pizzas ! Heureusement, Facebook avait eu raison du timing. Mais quand 22h30 sonna, tout le monde était encore attablé, et Madame déjà bien éméchée. Difficile de laisser les « z’amis », pas vraiment disposés à rejoindre les gradins. Surtout avec le chien et ces charmants bambins !

Madame Rêve !

Un morceau, puis deux, puis trois… Si les murs du château laissaient transpercer le bon son du moment, il ne fut plus concevable à Madame, ayant les places en poche, de ne pas franchir l’enceinte du château. Et finalement, guillerette comme elle l’était, elle laissa un instant ses amis, pour franchir la grille avec l’amie “DgéDgé”.
Là… Exacerbé par le cadre et le matériel installé, le spectacle fut exquis ! Un morceau de l’album Con Alma entamé (vu l’état d’ébriété avancé dans lequel elle était, elle ne saurait plus dire aujourd’hui s’il s’agissait de Méditerranéo ou Kalimuncho !), elle se laissa littéralement transporter…
Elle demanda à Géraldine : « Tu ressens comme c’est bon ? »
Celle-ci, bien entendu, acquiesça. (Il faut dire qu’il y avait déjà un moment qu’elle attendait Madame pour rentrer dans l’enceinte !) Mais là encore, se produisit un événement inattendu. À peine quelques minutes après avoir franchi le seuil du bonheur, Don Billiez et son SQ5 Band entamèrent Madame Rêve. Le titre qui ferait ce soir-là son article !

Si Madame savait bien que l’artiste avait travaillé avec feu le grand Bashung, en fouinant sur la toile elle n’était pas tombée sur cette version extatique qui reflétait tellement l’état dans lequel elle était à ce moment précis, et qui prenait tant d’ampleur dans ce cadre féerique. Fin du morceau. Tonnerre d’applaudissement. Madame planait !

Encore un autre morceau. Néanmoins il lui faudrait bientôt partir retrouver ses amis de passage. Une chose était sûre, elle n’oublierait pas cet instant suspendu ! Il lui faudra désormais trouver une occasion plus propice pour se délecter à nouveau de ces sonorités envoûtantes. Parce que, si Con Alma est un album délicieux, le sax de Don Billiez perce votre âme lorsque il est devant vous ! Et si, en plus, il est accompagné de ces artistes qui forment avec lui le SQ5 (à noter : le  prodigieux batteur, son fils Arthur Billès !), alors assurément vous passerez un inoubliable moment !

Quelques jours plus tard, Madame partit à la découverte d’un nouvel espace, ouvert depuis janvier dernier, tout près d’Aix-en-Provence. Un lieu où le jazz peut désormais exprimer ses lettres de noblesse : Le Jazz Fola Club, sis à Luynes. Après quelques mots avec Jean-Paul Artero, propriétaire des lieux, Madame appris que « Le Don » s’était ici produit en juin, et qu’il était au programme qu’il revienne très vite. Probablement dans le cadre de la sortie de son prochain album, Magic Trips, prévue en octobre prochain, et dans lequel figure Madame Rêve “Encore” !

 “Ah oui ? Mais il vient quand exactement ?” Ah !… Ça, Blablabla.blog vous le dira bientôt ! 🙂

https://soundcloud.com/donbilliez/3-madame-reve-abashung-pgrillet-adapt-don-billiez

 

 

2 thoughts on “Madame rêve à La Tour d’Aigues…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top