Vous êtes ici
Accueil > On Air > Music & Vibes > Ô Début, les Affranchis nous emportent !

Ô Début, les Affranchis nous emportent !

Ô Début, Les Affranchis nous emportent !

Ô Début, je ne connaissais pas l’endroit. Au Pont de l’Arc, on se gare facilement : ça commence plutôt bien ! Côté rue, rien à signaler. Sinon que tout semble déserté. Normal, cela se passe de l’autre côté. Là, on découvre un patio blindé ! Patio aux allures de bodega, que les Affranchis n’allaient pas tarder à enflammer…

Ô Début, tout le monde est un peu dans le jus. Normal, c’est la rançon du succès ! Ce soir-là, je sortais mon p’tit musicien en herbe. Il avait faim, le bougre ! Alors, plutôt que d’opter pour l’une de ces alléchantes ardoises de charcuterie ou de fromage qui me criaient « prends-moi ! », je suivis mon fils dans son choix et nous commandions deux hamburgers maison. Et, plutôt que d’opter pour du vin, je carburais à la bière… Maman se doit de modérer un peu sa consommation !  A noter que malgré l’affluence, le personnel est fort sympathique, et le service réactif ! Ça démarre vraiment bien !

Ô Début, ça part de là !

Les Affranchis ont passé leurs habits de lumière : nœuds pap’ et bretelles, le tout assorti de baskets rouges. La scène s’habille de couleur et, Ô Début, l’ambiance monte doucement… Not Sittin’ On the Dock of the Bay, mais pas loin… En face de l’entrepôt des bus de la ville ! Très vite, « All the Lonely People » que nous étions se laissèrent happer, non plus par ce qu’il y avait dans leurs assiettes, mais par l’effervescence environnante. Autour, tout le monde commence à chantonner et à se trémousser… Travailler c’est trop dur, c’est sûr… Alors autant mettre du cœur à l’ouvrage ! Avec Les Affranchis, on y met du cœur mais aussi du chœur. Et pas question de se défausser ! Même “les deux zigotos de la section rythmique” – Sylvain Caulier à la batterie et Frédéric Albertini à la basse – se sont vus affubler d’un micro ! Et pas n’importe quels micros ! De très jolis micros rétro, « sioux plaît » ! (Tête de mort toi-même, Stéphane !) Et si Sylvain profite un peu de sa batterie pour se cacher derrière, Fred, sur le devant de la scène, assure grave ses parties !

Du début à la fin : tous Affranchis !

Pour la petite histoire, Ô Début, j’étais surtout venue écouter un ami, Stéphane Durili, guitare lead & chanteur, que je n’avais pas vu depuis des lustres… Souvenirs évanescents d’une époque où j’arpentais encore les bas-fonds, et traînais mes guêtres jusqu’au petit matin dans les salles voûtées et enivrées du Scat. Lieu mythique où certains de nos Affranchis s’expriment encore régulièrement avec le groupe Full Time. Une formation musicale variant de un à huit musiciens, issus d’univers variés, qui se réunissent en fonction des besoins du moment.

Mais, en ce vendredi soir, Ô Début était “full” et nous étions tous Affranchis ! Fruit de 12 années d’amitiés scéniques, le groupe composé de “4 z’amis” a su remanier le fond et la forme. Nouveau nom, nouveau look, nouvelle philosophie, et nouveau répertoire. Tout au long de la soirée, ils nous emportèrent dans différents registres, passant de la Variété Française à la Pop Anglaise, du Blues au Rock, ou du Chant Corse au Métal. Le tout en quadriphonie !  Ça tombait bien, après une folle semaine de labeur, tout le monde était venu se défaire de ses chaînes. Depuis quelques jours, l’automne s’était abattu sur nous sans crier gare, et nous voulions encore un peu de soleil ! Et, Ô Début, nous en avons attrapé un sacré coup ! Alors si Julien rêve, tant pis ! Ou plutôt tant mieux ! Parce que nous aussi ! De 9 à 65 ans, notre moyenne d’âge ne devait pas en excéder 25 : une ribambelle de grands gamins qui auraient grandi trop vite, terriblement excités de se retrouver dans la cours de récré…

Quand le diable l’emporte…

Ainsi, nos quatre lascars nous trimballent gentiment jusqu’à ce que Julien tombe la veste pour nous embarquer sur une autoroute endiablée d’ACDC à ZZ Top. Pour sûr, mon p’tit batteur aurait bien piqué les baguettes de Sylvain pour s’élancer sur leur Highway to Hell, mais après le solo qu’il venait de nous envoyer, personne n’aurait osé. Personne sauf Julien Gomez ! Le Chanteur lead et guitariste acoustique ne cesse de rebondir d’une lumière à l’autre, d’une voix à l’autre, d’un instrument à l’autre… Entraînant tout le monde dans son sillage.

Pour finir, Ô Début, c’est tellement bon qu’à la fin on n’a pas du tout envie que ça s’arrête… Néanmoins, pas question de traîner ce soir-là. Il me fallait raccompagner mon petit cavalier ! Lui qui commence à installer un studio de musique dans sa chambre venait d’en prendre plein la vue et les oreilles ! De quoi stimuler sa créativité… Et moi, je repartais en promettant un bel article sur Blablabla.blog, parce que « quand on mérite, on mérite ! » Et surtout, parce que « quand on est bien, on revient ! » Les Affranchis nous rejoueront la scène, Ô Début, le 20 octobre prochain. Ils se produiront également au Château Saint Hilaire, le samedi 18 novembre, pour une captation vidéo. Alors que le diable nous emporte !

 

Les Affranchis
https://www.lesaffranchis-music.com/

Julien Gomez
Tel : 07.61.96.88.09

Restaurant Ô Début
62 Avenue Fortuné Ferrini
Aix-en-Provence
Tel  : 04.42.38.89.59

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top